Impression 3D en France, en Hollande et aux USA

L’impression 3D dans le bâtiment continue de se répandre dans le monde. En France, le chantier de cinq maisons en béton imprimées en 3D débutera en 2019 à Reims, dans l’écoquartier de Rema’Vert. C’est le projet Viliaprint.

«  Il s’agit d’une opération inédite et expérimentale. Une application concrète de la recherche dans le domaine de l’impression 3D du béton. D’ailleurs, le projet est lauréat du concours “Architecture de la transformation 2018”, organisé par la Caisse des Dépôts et l’Union Sociale pour l’Habitat. Il bénéficie donc d’un soutien, d’une reconnaissance, et aussi d’une assistance de plusieurs organismes de recherche, comme le CSTB et le SMABTP. », a déclaré Jérôme Florentin, directeur du projet chez le bailleur social Plurial Novilia, groupe Action Logement.

Le béton sera “extrudé” directement sur place, grâce à une imprimante 3D de la société XtreeE. « Ce système permet des formes à la complexité inégalée. Il offre une grande de liberté à la créativité des architectes » ajoute Jérôme Florentin.

Projet soutenu par la Caisse des Dépôts : pour davantage d’informations, voir laureat_plurial_novilia

Une partie de l’équipe fondatrice de la société XtreeE

XtreeE est une société récente, née de la volonté commune de jeunes architectes, ingénieurs et chercheurs d’implémenter les nouvelles avancées en impression 3D à grande échelle dans le secteur de la construction. Elle est associée à Lafarge, Dassault Systèmes et Vinci.

A Nantes, la première maison imprimée en 3D a été livrée à ses habitants. Voir la présentation de la technique BatiPrint3D.

Un projet aussi pour 2019 en Hollande

En Hollande, la première maison habitable en béton imprimée en 3D sera livrée en 2019. Ce sera la première d’une série de cinq annoncée par la municipalité d’Eindhoven, l’université de technologie d’Eindhoven et les entreprises concernées.  Elles seront installées dans un parc du quartier de Meerhoven.

Ce projet « Milestone » est conçu par les architectes Houben et Van Mierlo qui se sont inspirés des « rochers dans un paysage verdoyant ».  Les formes courbes conviennent bien à l’impression 3D, c’est la confirmation que cette technique donne une nouvelle  liberté de forme.  Mais c’’est une architecture dans ce projet pour laquelle l’aspect extérieur est encore déterminant. L’habitologie d’Antti Lovag n’est probablement pas assez connue.

Projet de moules Lovag, avec la collaboration de Pierre Colleu, permettant ce type de coques.

Pour obtenir une excellente finition intérieure des coques , il faudra probablement employer les moules-supports qu’avaientt prévu Antti Lovag et Numa Cuisin-Lovag. Ce serait un complément nécessaire à l’impression 3D. Ils éviteraient le redressage manuel qu’exigent actuellement les surfaces trop rugueuses, boudinées obtenues avec les imprimantes. La technique  permettra un jour une excellente finition, mais le délai et la complexité des procédés à mettre au point feront que l’emploi des moules restera longtemps préférable.

Un exemple type d’architecture-sculpture aux USA. Extérieur…
… et intérieur.

En projet chez Branch Technology. Est-ce bien adapté à la vie des habitant ? Apparemment ce n’est pas l’objectif, c’est une sculpture. Voir ici  et

Dossier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *