Bulle flottante Anthénea fabriquée en série à Lannion

La maison-bulle flottante de l’architecte Jean-Michel Ducancelle a trouvé un investisseur en Bretagne. C’est l’industriel d’Anjou Jacques-Antoine Cesbron qui a cédé son entreprise familiale au groupe Dalkia et qui va lancer la fabrication. La ville de Lannion a proposé la construction d’une usine sur sa zone d’activité.

Photos du prototype.

Le chantier naval devait être opérationnel en 2019 et deux premiers exemplaires commercialisés. Le programme en prévoit une dizaine en 2020 et le double l’année suivante. L’entreprise pourrait générer une cinquantaine d’emplois.

Anthénea —  destinée à une clientèle aisée ou à des groupes hôteliers — aura une surface de 50 m2, mais pouvant atteindre 150m2. Elle comporte salon, cuisine, couchage, baignoire d’eau douce et marine. Un puits central permet de plonger directement dans l’eau sous la coque. Une vision panoramique s’offre aux habitants, ainsi qu’une vue sous-marine. L’extérieur est équipé d’une terrasse. Le modèle de base serait vendu environ 420 000 € HT.

Jacques-Antoine Cesbron et sa compagne à l’intérieur d’Anthénea.

Des panneaux solaires donneront l’autonomie électrique et permettront de propulser Anthénea avec deux moteurs électriques pour affronter jusqu’à des vagues de 2 mètres et des vents de force 6. L’objectif est de pouvoir naviguer de « crique en crique dans des eaux turquoises ».

« Contrairement à un bateau ou une maison, Anthénea ne requiert pas de droit de mouillage ou de permis de construire  et s’affranchit des factures d’eau d’électricité, de gaz ou de fuel. En plus, Anthénea se transporte facilement, d’une seule pièce par cargo, ou en deux parties en convoi exceptionnel routier. »

Jean-Michel Ducancelle a été architecte stagiaire sur un chantier d’ Antti Lovag dans les années 80.

Philosophie d’Anthénea

Vidéo à voir d’Anthénea :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *