Quelles formes utiliser en architecture ?

Fontaines Panorama
Villa à Fontaines-sur-Saône, conçue par Antti Lovag (photo Daniel Guilloux)

Une question se pose encore aujourd’hui : pourquoi les caractéristiques d’habitations de haute qualité, appelées souvent « maisons-bulles »,  sont elles à ce point méconnues ?

Il y a au moins deux catégories d’explications.

L’une est culturelle. La conception d’habitations à parois planes et angles droits est à ce point dans les modes de penser et dans la pratique ordinaire que des maisons en courbes ne sont pas réellement examinées par les professionnels qui traitent de l’architecture. Combien de livres présentent suffisamment les habitations que nous décrivons ici ?  Certes de nombreux magazines de presse écrite ou de télévision montrent ces habitations. Mais c’est presque toujours pour attirer la curiosité du public en présentant rapidement des sujets de rêve, hors de portée ou évoqués comme des maisons atypiques ou pittoresques.

L’autre catégorie d’explications est technique. Malgré la diversité des procédés de construction, elles restent peu accessibles aux entreprises du bâtiment, c’est ce qui peut justifier les réticences. Les imprimantes 3D changeront la donne. En attendant leur perfectionnement, nous présentons sur ce site les autres procédés qui ont déjà permis de tester les qualités de ces constructions.

FontainesFerraillage
Ferraillage d’une coque en voile de béton, procédé Antti Lovag

Adaptation prioritaire à l’usage

Peut-on choisir entre les angles droits et les courbes? Poser cette question, c’est provoquer un débat qui aboutit — pas seulement parmi les professionnels — à des prises de position souvent tranchées et à des condamnations croisées pour «formalisme». Précisons que la question sur la forme ne concerne pas seulement l’aspect extérieur de la construction, mais aussi et surtout l’aspect intérieur et son fonctionnement.

Employer ce dernier mot rend suspect d’un autre motif d’accusation, le «fonctionnalisme», dont la signification n’est pas moins ambiguë. Nous pensons avec beaucoup d’autres que la forme doit être adaptée à  l’usage et que ce n’est pas sans importance.

H23p5n°3
Sainte-Sophie de Constantinople

Dans les années 60, les premières habitations en voile de béton ont fait prendre conscience de nouvelles solutions, une meilleure synthèse des formes et des usages. Ce n’était plus la succession de courbes à l’intérieur des constructions en pierre, dont les formes répétées et symétriques suggéraient, à travers leurs merveilles, la fixité éternelle. 

Les courbes multiples de ces nouvelles constructions s’affranchissaient de la symétrie et des ornements pour mieux s’adapter à l’environnement et à l’usage. Les coques autoportantes en béton (ou en d’autres matériaux composites) se succédaient librement, semblait-il, sans les contraintes de la pierre dont l’équilibre nécessaire à l’assemblage générait une impression de statisme. C’était la souplesse et le dynamisme qui étaient suggérés par ces nouvelles habitations.

Fontaines Séjour
Salon surmonté d’une mezzanine courbe, salon annexe servant pour l’acoustique, à Fontaines-sur-Saône (Antti Lovag).

Certains pensent que ces créations  d’une minorité d’architectes n’ont été qu’un phénomène de mode ou bien qu’elles n’auraient été qu’une réaction de circonstance après les ratés des grands ensembles de l’après-guerre 39-45. C’est à notre avis une erreur de perspective, compréhensible il y a quelques années, quand on n’avait pas suffisamment de recul. Maintenant, on peut expliquer pourquoi ce sont les premières manifestations d’un changement que l’on peut qualifier de fondamental.

C.R.

Voir

Une réflexion sur “ Quelles formes utiliser en architecture ? ”

Répondre à VBrossard Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>