Exemple de construction en courbes

Philh
La Philharmonie de Paris, lors de l’ouverture le 14 janvier 2015, architecture des Ateliers Jean Nouvel, assistés pour la salle de Brigitte Métra et associés, et, pour l’acoustique de Sir Harold Marshall et associés (Photo W. Beaucardet).

L’intérieur de la Philharmonie de Paris est un exemple récent d’utilisation de formes courbes pour une meilleure fonctionnalité. C’est encore une rareté dans les grandes constructions contemporaines.

La conception est définie : « Ni salle en « boîte à chaussures » (comme le Musikverein de Vienne), ni salle en « vignoble » (comme la Philharmonie de Berlin), la Grande salle de la Philharmonie de Paris invente un nouveau modèle, celui d’une salle enveloppante et modulable. Une innovation à la fois architecturale, scénographique et acoustique. L’architecte Jean Nouvel et l’acousticien principal de la salle, Sir Harold Marshall, ont conçu la salle lors de séances collaboratives. »

« En configuration symphonique, les spectateurs entourent l’orchestre. »

Générateur d ‘électricité tournesol

Smartflower1EDF propose un générateur d’électricité photovoltaïque qui s’accorde bien avec les maisons-bulles.  Ce système, Smartflower™ suit la course du soleil à la manière d’un tournesol selon un double axe horizontal et vertical. La production énergétique est ainsi optimisée tout au long de la journée. Sur une terrasse, il peut aussi servir de parasol toujours bien orienté. Son prix : à partir de 20 000€.

Maison-bulle de Saint-Gobain en 2065

ST Gobain
Maison dans 50 ans ?     Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

L’entreprise  multinationale Saint-Gobain a fêté le 350e anniversaire de sa création.  Elle a diffusé à cette occasion un excellent site internet qui retrace l’évolution de ses techniques et celle de l’habitat depuis l’origine de l’entreprise. En se risquant à l’anticipation, ce site présente l’habitat dans 50 ans en reprenant l’expression « maison-bulle… imprimée en 3D ». L’auteur connait-il notre site ?

Cette maison-bulle de 2065 reprend en réalité des idées et des techniques connues en 2015, mais qui seraient appliquées seulement dans 50 ans. Certains peuvent penser que le délai est trop long. Mais on constate que  les mentalités ne changent pas au même rythme que les techniques, surtout en matière d’habitat.

(Voir aussi le n°49 de la revue Ar’site)