Journée Antti Lovag à Arles

Antti Lovag Photo de Britton Logan
Antti Lovag                      (Photo Britton Logan)

Une journée consacrée en grande partie à Antti Lovag, a eu lieu à Arles le jeudi 26 mai 2016 dans le cadre du Sippa (Salon international des professionnels des patrimoines à Arles). Des conférences et des débats se sont déroulés autour d’Antti Lovag, le matin et l’après-midi.

AU PROGRAMME : Continuer la lecture de Journée Antti Lovag à Arles

Bientôt un ciment écologique ?

Un nouveau ciment qui peut être qualifié d’écologique sera distribué en France à partir de 2017. Son empreinte carbone serait de 10 à 20 fois inférieure à celle du ciment Portland qui est produit en chauffant une roche calcaire.

Ce nouveau ciment est produit à base d’argile par la société française Argilus. D’autres ciments analogues sont à l’étude depuis plusieurs années. En mars 2010, la Federal Highway Administration, du Département américain des Transports, a déclaré (traduction) : « La production de ciments géopolymères polyvalents, rentables qui peuvent être mélangés et durcis essentiellement comme le ciment Portland représente une évolution majeure, un nouveau paradigme, qui est en train de révolutionner l’élaboration des infrastructures ainsi que l’industrie du bâtiment. »

Voir à ce sujet : Wikipedia et Batiactu

Antti Lovag : 68 ans en France

LovagAntti Lovag est né en Hongrie en 1920 d’un père russe et d’une mère finlandaise. Le droit du sang appliqué en Hongrie ne lui permettait pas d’avoir la nationalité hongroise. Lovag est un nom d’emprunt, adopté dans des circonstances difficiles et devenu celui de son identité officielle. Le prénom Antti est une variante de Anttal, devenu aussi Antoine en français. Le nom de son père est Loevinger, juif disparu dans la tourmente du nazisme, le nom de sa mère est Raütavara Koski.

En France depuis l’âge de 26 ans et décédé à 94 ans, Antti Lovag a passé près de 68 ans dans ce pays.

Auparavant, il a suivi des cours d’architecture navale et de construction métallique à Stockholm. Il arrive à Paris en décembre 1946, où il suit des études d’architecture et d’urbanisme à l’Ecole des Beaux-Arts (avant la séparation de l’architecture en 1968).

Continuer la lecture de Antti Lovag : 68 ans en France

Nouveaux articles

23/05/2016 : ACTUALITE – Bientôt un ciment écologique ?

12/05/2016 :

20/04/2016 – CONSTRUCTEURS   Fabrizio Carola

 03/04/2016 – CONSTRUCTEURS

02/03/2016 – TECHNIQUE : Panorama des procédés de construction, Structures insolites.

19/01/2016 – CONSTRUCTEURS  Laeticia et Simon Plumat

Ce site Architecture3D est mis à jour régulièrement et suscite des commentaires. Voir ici   et   là.

Deuxième réunion d’amis d’Antti Lovag

Une nouvelle réunion d’amis d’Antti Lovag a eu lieu le 30 janvier 2016 afin de faire le point sur la sauvegarde des archives d’Antti Lovag.

La première réunion avait eu lieu à Caussols (Alpes Maritimes) le samedi 26 septembre 2015. Initiée par Claude Sacquépée, avec la coopération de Jérôme Sadler, elle avait rassemblé une trentaine de personnes, venues pour la plupart du département.

Voici le compte-rendu de la dernière réunion et celui de la précédente.

Histoire des maisons bulles 1960-1970

livre R ST PierreLes livres traitant des maisons bulles sont peu nombreux. Nous devons donc saluer la parution d’un ouvrage* de l’historienne Raphaëlle Saint-Pierre qui retrace l’évolution de ce type d’habitation durant les année 60-70. La première page de couverture présente une photo de la maison Unal, conçue initialement par l’architecte Claude Haüsermann-Costy. Elle situe l’orientation de l’ouvrage.

Après une présentation du contexte architectural et culturel des années 50, de nombreuses maisons en matériaux composites sont évoquées. Le voile de béton utilisé pour la première fois en Europe, en 1959, pour la construction d’une habitation individuelle par Pascal Haüsermann fait l’objet d’une présentation particulière. L’autoconstruction, avec des plans fournis par cet architecte ou sa compagne, a permis l’ouverture de plusieurs chantiers en France. La facilité apparente de cette technique entraînera même certains à prôner la maison sans architecte.

Continuer la lecture de Histoire des maisons bulles 1960-1970

Exemple de construction en courbes

Philh
La Philharmonie de Paris, lors de l’ouverture le 14 janvier 2015, architecture des Ateliers Jean Nouvel, assistés pour la salle de Brigitte Métra et associés, et, pour l’acoustique de Sir Harold Marshall et associés (Photo W. Beaucardet).

L’intérieur de la Philharmonie de Paris est un exemple récent d’utilisation de formes courbes pour une meilleure fonctionnalité. C’est encore une rareté dans les grandes constructions contemporaines.

La conception est définie : « Ni salle en « boîte à chaussures » (comme le Musikverein de Vienne), ni salle en « vignoble » (comme la Philharmonie de Berlin), la Grande salle de la Philharmonie de Paris invente un nouveau modèle, celui d’une salle enveloppante et modulable. Une innovation à la fois architecturale, scénographique et acoustique. L’architecte Jean Nouvel et l’acousticien principal de la salle, Sir Harold Marshall, ont conçu la salle lors de séances collaboratives. »

« En configuration symphonique, les spectateurs entourent l’orchestre. »

Générateur d ‘électricité tournesol

Smartflower1EDF propose un générateur d’électricité photovoltaïque qui s’accorde bien avec les maisons-bulles.  Ce système, Smartflower™ suit la course du soleil à la manière d’un tournesol selon un double axe horizontal et vertical. La production énergétique est ainsi optimisée tout au long de la journée. Sur une terrasse, il peut aussi servir de parasol toujours bien orienté. Son prix : à partir de 20 000€.

Maison-bulle de Saint-Gobain en 2065

ST Gobain
Maison dans 50 ans ?     Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

L’entreprise  multinationale Saint-Gobain a fêté le 350e anniversaire de sa création.  Elle a diffusé à cette occasion un excellent site internet qui retrace l’évolution de ses techniques et celle de l’habitat depuis l’origine de l’entreprise. En se risquant à l’anticipation, ce site présente l’habitat dans 50 ans en reprenant l’expression « maison-bulle… imprimée en 3D ». L’auteur connait-il notre site ?

Cette maison-bulle de 2065 reprend en réalité des idées et des techniques connues en 2015, mais qui seraient appliquées seulement dans 50 ans. Certains peuvent penser que le délai est trop long. Mais on constate que  les mentalités ne changent pas au même rythme que les techniques, surtout en matière d’habitat.

(Voir aussi le n°49 de la revue Ar’site)